X
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez notre newsletter mensuelle avec la programmation du mois.
Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire*.

* Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les newsletters de La Manekine.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque newsletter.
Résidences

Les Résidences

Recherche et créations

Chaque année, nous accueillons des compagnies et artistes en résidence ppour que ceux-ci effectuent un travail de recherche et de création. La création est facilitée grâce à la mise à disposition d'un lieu de vie, de moyens techniques et humains.

 Cie Des Petits Pas dans les Grands
Du 31 août au 5 septembre et du 26 octobreau 5 novembre.
Comédienne et metteuse en scène, Audrey Bonnefoy poursuit avec sa compagnie son exigeant travail de dialogue entre plusieurs disciplines artistiques. Associée au Théâtre du Beauvaisis et à la Comédie de Picardie, elle est  accompagnée par La Manekine depuis plusieurs années. Elle y présentera En Forme ! avec une nouvelle distribution avant de s’investir dans Au lit ! un projet transversal mené avec le service Petite enfance de la CCPOH. Hernani on air, adapté de Victor Hugo premier épisode de son dispositif théâtral et radiophonique Chuchote-moi à l’oreille sera créé et répété à La Manekine.
 Cie Jours dansants
Du 8 septembre au 17 septembre.
Marjory Duprés se forme auprès de nombreux chorégraphes tout en puisant son inspiration dans le théâtre contemporain et les nouvelles formes de dramaturgie plurielle. Parallèlement, elle poursuit un cursus en sciences humaines et sociales. Implantée auprès de La Maison des Arts et Loisirs de Laon, la compagnie tente de représenter des histoires mêlant l’archive personnelle et la fiction collective. Après Des Lustres présenté au Théâtre Artéphile lors du festival d’Avignon 2019, Ghazal (conversation avec une femme) explore le parcours intime de femmes ayant vécu l’exil sur fond de révolution arabe.
 La compagnie dans l'arbre
Du 21 au 25 septembre.
La compagnie dans l’arbre, implantée dans le Pas-de-Calais, mêle l'écriture contemporaine à un théâtre visuel, affirmant depuis dix ans la volonté de creuser un langage poétique ouvert à tous. Pour sa prochaine création, la compagnie a choisi d'explorer l'intime et l’image publique à l'adolescence, en questionnant l’hyper exposition aux réseaux sociaux. Like me, fantaisie d’anticipation, écrite par Léonore Confino, investira l’espace de piscines municipales, où les spectateurs seront à la fois voyeurs et enquêteurs. Les pieds au sec à La Manekine, Pauline Van Lancker et Mathieu Dusart poseront les premiers pas de ce spectacle immersif.
 

Cie Il faut toujours finir ce qu'on a commencé
Du 28 septembre au 1 octobre et du 3 au 9 mai.
Jeanne Lazar intègre l’École du Nord de Lille sous la direction de Stuart Seide puis de Christophe Rauck. Intéressée par des figures d’auteurs et d’autrices contemporaines, marginales et scandaleuses, elle adapte les deux romans de Hervé Guibert À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie et Mes Parents au Tandem Scène Nationale de Douai. En 2018, elle adapte et met en scène Je sors ce soir de Guillaume Dustan dans Guillaume, Jean-Luc, Laurent et la journaliste, présenté au Théâtre du Train Bleu lors du Festival d’Avignon 2019. En 2020, elle créera NELLY, d’après Burqua de Chair de Nelly Arcan. Ces deux premières créations forment le diptyque Jamais je ne vieillirai. En 2021, elle répètera Vie de voyou à La Manekine (coproductrice du spectacle) et le créera au Phénix, scène nationale de Valenciennes.

 

Cie Marche la route
Du 5 au 10 octobre.
Nathalie Joly se passionne pour le parlé-chanté, qu’elle découvre grâce aux pièces de Brecht et au travail de Kurt Weil. Après avoir exploré l’univers de ces deux auteurs allemands, elle se plonge dans le répertoire d’Yvette Guilbert qui donnera naissance à un triptyque, joué plus de 500 fois dans une quinzaine de pays. Le Musée d’Orsay lui commande en septembre 2015 la création de Café polisson pour l’ouverture de l’exposition « Splendeurs et misères, images de la prostitution en France 1850-1910 ». Elle prolonge sa recherche sur l’histoire du parlé-chanté en rencontrant des jeunes rappeurs, avec lesquels elle créé le spectacle Diseuses à Marseille au Théâtre de Lenche, première partie d’un triptyque dont nous accueillerons le deuxième volet Là-bas à La Manekine cette saison.

 Teatro di Fabio
Du 13 au 17 octobre.
Depuis La Conquête du Mexique en 2000, la compagnie Teatro di Fabio, dirigée par Fabio Allessandrini a œuvré à la création d’une douzaine de spectacles, reconnus et salués par le public et la presse, joués en France et à l’étranger. Avec le soutien de la DRAC Hauts-de-France, de la région Hauts-de-France, du Conseil Départemental de l’Oise et de la Ville de Compiègne, Fabio Allessandrini développe un théâtre exigeant, populaire et en résonance avec les préoccupations actuelles. Après L'équation accueilli cette saison Un juge, sa nouvelle création, interroge ainsi, non sans humour, les relations entre Ethique, Esthétique et Justice.
 Cie Le tour du Cadran
Du 26 au 29 octobre.
Depuis 2012, la compagnie dirigée par Pascal et Vincent Reverte avec le soutien du département de l’Oise, la Région et la DRAC Hauts-de-France poursuit son travail de création et d’implantation à La Manekine. Après La Théorie de l’enchantement en 2018, Le tour du Cadran boucle son diptyque consacré au Commerce du monde, avec Peut-être Nadia, biographie fantasmée de la gymnaste Nadia Comaneci. Ce spectacle devait être présenté en mars 2020 au Théâtre du Beauvaisis, Scène Nationale. Cette résidence permettra à l’équipe de se retrouver et au spectacle d’être créé. Il partira ensuite en tournée, notamment dans l’Oise où les spectateurs de La Manekine seront conduits s’ils souhaitent le découvrir.
 Diptyque Théâtre
Du 1er au 10 décembre.
Mona El Yafi et Ayouba Ali sont directeurs artistiques de Diptyque Théâtre depuis 2014. Tous les deux comédiens, la première est également autrice et le second metteur en scène. Leur duo explore la question du désir – amoureux, érotique, de métier, de parole – en mettant au cœur de leur travail l’écriture contemporaine et la création avec les publics. Après Desirium Tremens présenté en 2018, ils débuteront la création d’Aveux, né de la rencontre entre Mona El Yafi et Julie Brafman, journaliste en charge de la rubrique justice
de Libération. Cette plongée dans un fait divers du point de vue de l’aveu sera répété et présenté en avant-première à La Manekine, également coproductrice, cette saison avant une tournée dans les Hauts-de-France.
 Cie Qué mas
Du 11 janvier au 3 février.
Qué Mas est né de la rencontre entre l’autrice, metteuse en scène et comédienne Léa Chanceaulme et de comédiens de sa promotion à l’Ecole Jean Périmony. Depuis, la compagnie rassemble des collaborateurs issus du Conservatoire Supérieur d’Art Dramatique, du Théâtre National de Strasbourg, de L’ENSATT à Lyon… Écrit par Léa Chanceaulme et Kevin Keiss, Et on est toutes parties est le deuxième spectacle de la compagnie. Ce road-trip dystopique de trois femmes rompant avec leur quotidien interroge les notions de choix, d’identité et de rapport au féminin. Il sera répété et crée cette saison à La Manekine  avant d’être présenté au Théâtre du Nord CDN Lille-Tourcoing, à la Comédie de Béthune CDN et à la Maison du Théâtre d’Amiens.
 Julien Appert
Du 11 au 15 janvier.
Julien Appert est un artiste vidéaste, il vit et travaille dans les Hauts-de-France où il développe depuis plus de dix ans sa vision de la vidéo en direct. Après des études d’arts plastiques et une longue expérience de la scène, il se produit dans différents festivals avec plusieurs
formations musicales en tant que vidéaste. Julien Appert collabore également avec de nombreuses compagnies de théâtre à la création de dispositifs audio-visuels au plateau. Cette expérience de création s’accompagne depuis le début d’une intense activité de transmission, notamment auprès des scolaires. Parallèlement à la création d'un concert en images avec le Quatuor Béla, Julien Appert interviendra auprès des élèves du Collège Lucie et Raymond Aubrac pour un atelier artistique de « Cinéma vivant ».
 Cie Apostrophe
Du 22 au 26 février.
Parallèlement à des études de Droit et de Sciences politiques, Nicolas Alvedin se forme au théâtre au sein du Conservatoire du 18e arrondissement de Paris. Originaire de Pont-Sainte-Maxence, il a participé aux classes théâtre du Collège Lucie et Raymond Aubrac et a rejoint en 2016 la distribution professionnelle du spectacle Le grand voyage de la compagnie Le tour du Cadran. Première création de sa compagnie Apostrophe, Tu aimes trop la littérature, elle te tuera est une adaptation de Madame Bovary et de la correspondance de Gustave Flaubert. Porté par la conviction que tout art est politique, Nicolas Alvedin interroge le chef d’oeuvre de l’ennui et de l’insatisfaction à l’ère de l’hyperconnexion, du renouvellement incessant des besoins et du capitalisme effréné.
 Cie Point Basta
Du 1er au 9 mars et du 12 au 16 avril.
Auteur, acteur et metteur en scène, Charif Ghattas a fondé la compagnie Point Basta en 2004. Depuis Du vice à la racine, créée en 2004 au Festival OFF d’Avignon, il est l’auteur d’une dizaine de pièces qui sont jouées en France et à l’étranger. En 2018, il écrit et met en scène Dépendances au Studio Hébertot à Paris avec Thibault de Montalembert et Francis Lombrail. Il est également auteur pour France Inter pour les émissions Autant en emporte l'Histoire et Affaires Sensibles. Acteur, il joue dans la série internationale The Little dreamer girl. Avec Marcus et les siens, coproduit par La Manekine, Charif Ghattas continue d’explorer le huis-clos, situation propice aux grands déballages qu’il affectionne.
 Les Ailes de Clarence
Du 1er au 5 mars.
Implantée à Senlis, la compagnie Les Ailes de Clarence a été créée sous l’impulsion de David Nathanson, comédien et metteur en scène. François Truffaut Correspondance, cinquième spectacle de la compagnie, poursuit après Le Nazi et le Barbier, de l’écrivain allemand Edgar Hilsenrath et D’autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère, son travail autour de matériaux textuels qui ne sont pas primitivement destinés à la scène. Ces lettres de François Truffaut deviennent ici une matière théâtrale formidable. Elles racontent en creux le cinéaste révolutionnaire, devenu classique par la force des ans, mais elles sont surtout une cartographie passionnante des sentiments artistiques, amoureux ou amicaux.
 Cie Avant l'Aube
Du 15 au 18 mars et du 26 au 30 avril.
Créée en 2014 et basée au Havre, la compagnie Avant l’Aube est constituée d’un collectif de femmes artistes qui mènent un travail de création théâtrale autour des questions de l’identité, du genre, du désir, et explorent ce qui constitue la mémoire collective de leur génération de jeunes trentenaires. Leur nouvelle création Tout sera différent d'Agathe Charnet, mis en scène par Maya Ernest et Carla Azoulay-Zerah interroge la question des origines, des secrets familiaux, de la guerre d’Algérie et de l’oubli pour tenter d’éclairer le chaos du présent. Avec une conviction : quelque chose peut naître des cendres.
 Cie Oui merci
Du 26 avril au 5 mai.
Aude Léger est autrice, metteuse en scène et comédienne. Récemment implantée sur le territoire de la CCPOH, sa compagnie Oui merci sera cette année en charge de l'atelier Théâtre adulte. Elle poursuivra également la création de Nobody's perfect débutée l'an passé, une suite de fragments de textes et de chansons qui parlent de nos " paysages intérieurs ", peuplés d'amours, de fantômes, de mots, de lieux et de chansons. « Si on ouvrait des gens, on trouverait des paysages. » a dit un jour la réalisatrice Agnès Varda. C'est l'expérience que va tenter Aude Léger dans ce spectacle où l'ordre des séquences  sera soumis à la loi des probalités et au choix des spectateurs.
 Cie La Ponctuelle
À partir de mars.
La “question gay”, en référence au livre Réflexions sur la question gay de Didier Eribon, traverse le travail de Lucien Fradin depuis plusieurs années. Lors de ses deux dernières créations, Eperlecques et Wulverdinghe, il a abordé celles-ci via le prisme de l’autofiction. Son projet Portraits détaillés entend dresser une galerie de portraits des gays, pédés, bis, homos qui l’entourent, qu’il a pu lire, dont il a entendu les chansons, etc. qui permettent de sortir des représentations unilatérales de la communauté LGBTQ+. En binôme ponctuel avec Aurore Magnier, Lucien Fradin sera accueilli en résidence dans le cadre du Pôle Pédagogique et Artistique au sein du Collège Lucie et Raymond Aubrac de Pont-Sainte-Maxence.
 Cie L'usine à Lièges
Du 15 au 30 juillet.
Georges est le travail de plusieurs années - le travail d'une vie sûrement - sur une figure errante et son univers porté par Edith Proust avec le compagnonnage de Laure Grisinger à l’écriture et à la mise en scène (toutes deux interprètes et dramaturges de Le Massacre du Printemps accueilli en avril. Après le premier opus Georges découvert au Théâtre du Train Bleu à Avignon, les deux artistes poursuivent ce projet improbable, fantasque et existentiel à La Manekine pour les premières étapes de la création de Georges 2. « Moi j’aime bien la solitude mais pas quand je suis seul », dit Georges. La compagnie L’usine à Lièges crée en binôme. L’une est sur scène l’autre face à la scène. Le devenir de l’œuvre se trouve dans cet entre-deux.
 Cie Le Tambour des Limbes
Du 15 au 31 août.
Créée en 2008, la Compagnie le Tambour des Limbes est dirigée par Rémi Prin, auteur et metteur en scène. Le travail de la compagnie est fondé sur la volonté de porter à la scène des textes ou des faits divers dont la trame narrative soulève des questionnements universels sur la nature humaine. Après le succès public et critique de SOLARIS, adapté du roman culte de science-fiction de Stanislas Lem en 2018 et 2019, la Compagnie s’est lancée un nouveau défi en explorant le fantastique et l’angoisse au théâtre avec SALEM, sa nouvelle création, librement inspirée des procès en sorcellerie qui se sont tenus aux États-Unis en 1692. Débuté en 2019, ce projet sera joué pour la première fois en 2020 à Paris au Théâtre de Belleville.