X
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez notre newsletter mensuelle avec la programmation du mois.
Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire*.

* Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les newsletters de La Manekine.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque newsletter.
LA MANEKINE
ACTUALITÉS
La Manekine, un lieu de création #1
Jeudi 02 janvier
Durant le dernier trimestre 2019, La Manekine a accueilli pas moins de 9 résidences de création. Avec des équipes confirmées d’autres plus émergentes, des prémisses de projets, des passages au plateau ou des dernières lignes droites avant la création.

Lors de la résidence de la compagnie Oui Merci pour leur prochain spectacle Nobody’s Perfect, Aude Léger et Philippe Begin ont installé leur laboratoire musical et théâtral au club de La Manekine. Ils ont ainsi continué leurs recherches et explorations sur le deuil en mélangeant les temporalités, les genres et les registres.

Découverte du prochain projet de la compagnie à vrai dire : Sois un homme qui questionne la virilité à travers trois personnages et trois temporalités différentes. Résidence qui s’est déroulée dans le théâtre et pendant laquelle l’équipe a commencé à travailler sur le plateau avec les différents éléments scénographiques.

Retrouvailles avec la compagnie Adesso de Julien Bouffier, revenue cette année à La Manekine pour créer la suite d’Andy’s Gone que nous avions accueilli la saison dernière. Dernière ligne droite pour ce projet, où les élèves des ateliers de La Manekine et ceux des classes théâtre du collège Lucie et Raymond Aubrac ont eu le privilège d’assister à des répétitions et filages.

Première session de résidence pour le prochain projet de la compagnie Diptyque Théâtre que nous continuions à suivre et à accompagner. Aveux, librement inspiré de l’ouvrage de la journaliste Julie Brafman Vertiges de l’aveu, pour lequel l’autrice Mona El Yafi a reçu le Prix Bourse Jean Guerrin d’aide à l’écriture. Spectacle dans lequel la parole sera centrale et l’acte d’avouer constamment mis en abîme.